En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies notamment pour réaliser des statistiques de visites afin d’optimiser la fonctionnalité du site...
Ok, tout accepter
Personnaliser
Please check an answer for every question.
We use cookies to personalise content, to provide social media features and to analyse our traffic. We also share information about your use on our site with our socal media and analytics partners who may combine it with other information that you've provided to them or that they've collected from your use of their services.

Algérie - Dépister le cancer dans les zones reculées d’algérie

Autres actions

 

Samia Gasmi, Présidente de l’association Nour Doha

Samia Gasmi est fondatrice et présidente de l’association « Nour Doha ». Avec l’aide de médecins bénévoles, elle va à la rencontre des populations isolées du sud du pays pour aider au dépistage du cancer.

 

Assistante médicale pour une compagnie d’assurance, Samia constate le désarroi et la solitude, face au cancer, de nombreuses familles défavorisées des zones rurales. Faute de médecins oncologues et de structures médicales adaptées en nombre suffisant, les habitants de ces régions reculées ont difficilement accès au dépistage du cancer et aux traitements. Pour leur venir en aide, Samia a décidé en 2002 de créer « Nour Doha », Lumière du Jour en arabe.

Selon les chiffres de l’Institut National Algérien de santé publique, on dénombre 40 000 nouveaux cas de cancer en Algérie chaque année. Pendant longtemps, seuls 4 centres anti cancers existaient sur les 48 wilayas (départements) du pays : à Oran, Blida, Constantine et Alger. Depuis, l’État algérien a lancé la construction de nouveaux centres, y compris dans le sud. « Certains malades vivent dans l’extrême sud du pays à 1 200 voire 1 500 km d’Alger. Il n’y a pas de médecins spécialistes dans cette région. Et lors de nos campagnes, nous découvrons malheureusement de nombreux cas de cancer. » 

 

Grâce à l’association, pas moins de 30 médecins spécialistes du centre Pierre et Marie Curie du CHU Mustapha d’Alger et une quinzaine de paramédicaux, tous bénévoles, se rendent régulièrement dans les relais régionaux de l’association, notamment dans le sud du pays pour y effectuer des campagnes de dépistage auprès des malades et de sensibilisation auprès des médecins locaux. Lorsque des cas potentiels de cancer sont détectés, l’association finance le déplacement des malades et de leur famille jusqu’à Alger et prend en charge leurs soins médicaux ainsi que leur séjour notamment grâce à un appartement que l’association met à leur disposition.

 

 

« La situation pour les femmes est critique. Il n’y a pas de mammographes dans ces villages éloignés. C’est en 2016, au cours du mois d’octobre, mois dédié au dépistage du cancer du sein sur le plan international, que j’ai eu l’idée de solliciter l’aide de Total en Algérie. »

Grâce au soutien reçu, 70 mammographies ainsi que des tenues de fête pour des enfants de parents malades ont pu être financées. Cette opération aura permis de dépister 3 cas de cancer du sein. Sur toute l’année 2016, les rencontres avec les populations plus éloignées ont permis à Samia Gasmi et les médecins de l’association d’examiner 1 800 femmes, et de soutenir 28 d’entre elles.

 

 

Nour_Doha_avec_une_autorite.jpg

 

 

« Depuis le début de nos actions sur le terrain en 2003, nous constatons des résultats encourageants, notamment en matière d’évolution des mentalités. Avant, le cancer du sein en Algérie c’était tabou, les femmes le cachaient, même à leur mari, et elles acceptaient difficilement de se faire examiner par nos médecins hommes. Aujourd’hui, elles viennent avec plaisir. C’est quelque part grâce à Nour Doha. »

 

Samia Gasmi, Association Nour Doha