En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies notamment pour réaliser des statistiques de visites afin d’optimiser la fonctionnalité du site...
Ok, tout accepter
Personnaliser
Please check an answer for every question.
We use cookies to personalise content, to provide social media features and to analyse our traffic. We also share information about your use on our site with our socal media and analytics partners who may combine it with other information that you've provided to them or that they've collected from your use of their services.

Renforcer la sécurité

sécurité routière : sensibiliser les plus vulnérables

Idéal Randriamiadana, Travailleur Social, Formateur en sécurité routière à l’association ABCD, fait partie de ceux qui pensent que prudence et bons réflexes sur la route s’apprennent dès le plus jeune âge. Depuis 2015, il participe au programme « En route pour ta sécurité » dans les écoles primaires malgaches.

Chaque jour, à Madagascar, dix enfants sont victimes d’accidents de la circulation qui surviennent sur le chemin de l’école. En cause ? Le manque de vigilance des jeunes piétons, conjugué à une méconnaissance du code de la route. Pour enrayer le problème, des actions concrètes sont menées depuis 2015 dans le cadre d’un partenariat entre Total Madagasikara, le ministère de l’Éducation nationale et Action Based Community Development (ABCD), une association qui oeuvre pour le développement des communautés à travers des actions de citoyenneté, de développement durable, d’insertion sociale et de scolarisation.

À Madagascar, grâce au programme « En route pour ta sécurité », pas moins de 26 000 élèves, âgés de 6 à 14 ans, ont été sensibilisés à la sécurité routière. Les écoles primaires d’Antananarivo, la capitale, et des communes rurales environnantes, ont été identifiées comme les établissements les plus exposés aux dangers de la circulation. À l’accueil de l’initiative, Idéal Randriamiadana se souvient de débuts mitigés : « Au départ, les enseignants et les autorités étaient sceptiques par rapport à notre projet pédagogique, simplement parce que les routes à Madagascar manquent cruellement d’infrastructures (feux tricolores ou passages piétons) pourtant nécessaires à la sécurité. Ce qui les a convaincu, c’est que nous avons réussi à faire prendre conscience aux écoliers que la sécurité routière dépend de chacun d’entre eux. »

Travailleur Social, Formateur en sécurité
routière à l’association ABCD
Les enfants sont devenus les ambassadeurs des bonnes pratiques auprès de leur entourage !

Idéal Randriamiadana Travailleur Social, Formateur en sécurité routière à l’association ABCD

C’est vraiment dans la durée que l’action d’ABCD se construit. Depuis trois ans, le bilan est très positif : « Nous sommes revenus sur le terrain pour évaluer la pertinence de notre campagne auprès des écoliers, des enseignants, des responsables d’établissements, des parents d’élèves et même des riverains. On réalise que les enfants ont non seulement changé leur comportement, mais sont également devenus des ambassadeurs des bonnes pratiques auprès de leur entourage ! », se réjouit Idéal. C’est dire si la sensibilisation des enseignants et des élèves, à l’aide des outils ludopédagogiques, comme le Cube sécurité (lire le dossier consacré à la Sécurité dans l’édition 2015 d’Itinéraires), a été efficace. D’ailleurs, les établissements participants n’ont plus jamais enregistré un seul accident depuis la mise en place de l’opération.

Devant un tel succès, le programme se poursuit sur l’année scolaire 2017- 2018 afin de cibler les enfants des écoles bordant la RN2, « la plus accidentogène du pays », souligne Idéal. Une trentaine d’établissements seront concernés.

Idéal Randriamiadana
Nous avons réussi à faire prendre conscience aux écoliers que la sécurité routière dépend de chacun d’entre eux.

Idéal Randriamiadana Travailleur Social, Formateur en sécurité routière à l’association ABCD

Pour en savoir plus sur le Cube, voir aussi le dossier consacré à la Sécurité dans l’édition 2015 d’Itinéraires.

Le Cube sécurité s’invite au Sénégal

Autre initiative, au Sénégal, dans la communauté rurale de Colobane, où un Centre d’éducation routière pour enfants (CERE) forme 8 000 élèves du primaire par an depuis 2013. Au volant d’une voiture à pédales, chaque élève peut parcourir un circuit de 233 mètres où sont reproduits les panneaux de signalisation, les passages cloutés, les feux tricolores… Le déploiement du Cube sécurité permettra aux formateurs de dispenser également des cours théoriques à travers l’utilisation de livrets pédagogiques édités par Total dans le cadre du programme « En route pour ta sécurité », mais aussi par le biais d’applications didactiques sur ordinateurs.