If you continue to browse this website, you accept third-party cookies used to offer you videos, social sharing buttons, contents from social platforms..
OK, accept all
Personalize
Please check an answer for every question.
Deny everything
Allow everything
We use cookies to personalise content, to provide social media features and to analyse our traffic. We also share information about your use on our site with our socal media and analytics partners who may combine it with other information that you've provided to them or that they've collected from your use of their services.

Angola - Mention « Très bien » pour la jeunesse angolaise

Éducation et insertion professionnelle des jeunes - Engagé pour l’autonomie des jeunes en situation de fragilité sociale

Vous n'avez pas les accès pour voir cet Atome.

Élèves en cours dans l'une des quatre écoles Eiffel.

En 2014, 174 jeunes Angolais ont passé le baccalauréat après une scolarité au sein des écoles Eiffel. Ces établissements, financés par Total, devraient être entièrement gérés par le ministère de l’Éducation nationale angolais d’ici à 2017.

Total Dr João Cafuquena,. directeur national de l’Enseignement général

 

« Les écoles Eiffel sont le fruit d’une coopération datant de 2008 entre le ministère de l’Éducation angolais, Total et la Mission laïque française, explique le Dr João Cafuquena, directeur national de l’Enseignement général. Quatre lycées sont ainsi nés dans les provinces de Bengo, Cuanza Norte, Cuene et Malanje. » Délivrant un enseignement essentiellement tourné vers les mathématiques, sciences physiques et biologiques, ces écoles s’adressent à des élèves de niveau collège. L’un d’entre eux, Manuel João, a enchaîné les petits boulots et les longs trajets à pied pour pouvoir poursuivre sa scolarité jusqu’à l’examen d’entrée à l’école de Malanje, dont les frais d’inscription et de scolarité sont gratuits. « Je suis fier d’y avoir étudié, car cela m’a permis de devenir quelqu’un qui peut contribuer à l’évolution de la société angolaise, explique l’ancien étudiant. L’école m’a appris à résoudre des problèmes de différentes natures. Et, concrètement, j’ai été formé à travailler dans un laboratoire pour l’industrie du sucre et de la bioénergie, unique et majeure en Angola. »

Total Dr João Cafuquena,. directeur national de l’Enseignement général
Avec les écoles Eiffel, nous nous engageons auprès des populations locales en donnant aux jeunes la chance de poursuivre leurs études.

Dr João Cafuquena directeur national de l’Enseignement général

Un investissement sur le long terme

Depuis 2011, les écoles Eiffel enregistrent un taux de réussite au bac de 94 %, toutes promotions confondues. « Ces établissements sont une référence dans le système d’éducation local, poursuit le Dr João Cafuquena. Elles ont beaucoup contribué à l’amélioration de la qualité de l’enseignement et de l’apprentissage en Angola, en organisant régulièrement des actions de formation pour leurs professeurs et directeurs adjoints, mais aussi pour des équipes issues d’autres écoles publiques. L’objectif de ces formations : améliorer l’organisation, la gestion administrative et la pédagogie des écoles afin de gagner en performance. Une démarche d’autant plus importante en Angola, pays confronté à l’insuffisance du nombre d’écoles publiques. »

TOTAL EN ANGOLA

Autres engagements de Total pour les relations durables

Portraits